Transactions et validation automatique (autocommit)

Maintenant que vous êtes connecté via PDO, vous devez comprendre comment PDO gère les transactions avant d'exécuter des requêtes. Si vous n'avez jamais utilisé les transactions, elles offrent 4 fonctionnalités majeures : Atomicité, Consistance, Isolation et Durabilité (ACID). En d'autres termes, n'importe quel travail mené à bien dans une transaction, même s'il est effectué par étapes, est garanti d'être appliqué à la base de données sans risque, et sans interférence pour les autres connexions, quand il est validé. Le travail des transactions peut également être automatiquement annulé à votre demande (en supposant que vous n'avez encore rien validé), ce qui rend la gestion des erreurs bien plus simple dans vos scripts.

Les transactions sont typiquement implémentées pour appliquer toutes vos modifications en une seule fois ; ceci a le bel effet d'éprouver drastiquement l'efficacité de vos mises à jour. Dans d'autres termes, les transactions rendent vos scripts plus rapides et potentiellement plus robustes (vous devez les utiliser correctement pour avoir ces bénéfices).

Malheureusement, toutes les bases de données ne supportent pas les transactions, donc, PDO doit s'exécuter en mode "autocommit" lorsque vous ouvrez pour la première fois la connexion. Le mode "autocommit" signifie que toutes les requêtes que vous exécutez ont leurs transactions implicites, si la base de données le supporte ou aucune transaction si la base de données ne les supporte pas. Si vous avez besoin d'une transaction, vous devez utiliser la méthode PDO::beginTransaction() pour l'initialiser. Si le driver utilisé ne supporte pas les transactions, une exception PDO sera lancée (en accord avec votre gestionnaire d'erreurs : ceci est toujours une erreur sérieuse). Une fois que vous êtes dans une transaction, vous devez utiliser la fonction PDO::commit() ou la fonction PDO::rollBack() pour la terminer, suivant le succès de votre code durant la transaction.

Avertissement

PDO ne vérifie la possibilité d'utiliser des transactions qu'au niveau du pilote. Si certaines conditions à l'exécution empêchent les transactions de fonctionner, PDO::beginTransaction() retournera tout de même TRUE sans erreur si le serveur accepte de démarrer une transaction.

Un exemple serait d'utiliser des transactions sur des tables au format MyISAM du serveur de base de données MySQL.

Lorsque le script se termine ou lorsque la connexion est sur le point de se fermer, si vous avez une transaction en cours, PDO l'annulera automatiquement. Ceci est une mesure de sécurité afin de garantir la consistance de vos données dans le cas où le script se termine d'une façon inattendue. Si vous ne validez pas explicitement la transaction, alors, on présume que quelque chose s'est mal passé et l'annulation de la transaction intervient afin de garantir la sécurité de vos données.

Avertissement

L'annulation automatique intervient si vous avez initialisé la transaction via PDO::beginTransaction(). Si vous avez manuellement exécuté une requête qui commence une transaction, PDO n'a aucun moyen de le savoir et donc, n'annulera pas automatiquement cette transaction si quelque chose s'est mal passé.

Exemple #1 Exécution d'un groupe dans une transaction

Dans l'exemple suivant, supposons que nous allons créer un jeu d'entrées pour un nouvel employé, dont le numéro d'ID sera 23. En plus des données basiques sur cette personne, nous devons également lui enregistrer son salaire. Il est très simple d'effectuer deux mises à jour séparées, mais en les enfermant dans les appels des fonctions PDO::beginTransaction() et PDO::commit(), nous garantissons que personne ne pourra voir ces modifications tant qu'elles ne seront pas complètes. Si quelque chose tourne mal, le bloc de capture annulera toutes les modifications effectuées depuis le début de la transaction et affichera un message d'erreur.

<?php
try {
  
$dbh = new PDO('odbc:SAMPLE''db2inst1''ibmdb2',
      array(
PDO::ATTR_PERSISTENT => true));
  echo 
"Connecté\n";
} catch (
Exception $e) {
  die(
"Impossible de se connecter: " $e->getMessage());
}

try {  
  
$dbh->setAttribute(PDO::ATTR_ERRMODEPDO::ERRMODE_EXCEPTION);

  
$dbh->beginTransaction();
  
$dbh->exec("insert into staff (id, first, last) values (23, 'Joe', 'Bloggs')");
  
$dbh->exec("insert into salarychange (id, amount, changedate) 
      values (23, 50000, NOW())"
);
  
$dbh->commit();

} catch (
Exception $e) {
  
$dbh->rollBack();
  echo 
"Failed: " $e->getMessage();
}
?>

Vous n'êtes pas limités dans le nombre de mises à jour dans une transaction ; vous pouvez également y effectuer des requêtes complexes et bien sûr, utiliser ces informations pour construire d'autres mises à jour et requêtes ; durant l'activité de la transaction, vous êtes sûrs que personne d'autre ne peut effectuer des modifications alors que vous êtes au milieu de vos modifications. Pour plus d'informations sur les transactions, reportez-vous à la documentation fournie par votre base de données.

add a note add a note

User Contributed Notes 1 note

up
6
pasamio at gmail dot com
2 years ago
Typically data definition language clauses (DDL) will trigger the database engine to automatically commit:
http://dev.mysql.com/doc/refman/5.0/en/implicit-commit.html

Many other databases (e.g. Oracle) will implicitly commit before and after running DDL statements.
To Top